Avocat Lyon Rhône 69 - Cabinet Laurent Cretin
Plan du site - Avocat Lyon Rhône 69 - Cabinet Laurent Cretin
Mentions légales - Avocat Lyon Rhône 69 - Cabinet Laurent Cretin
Compétences - Avocat Lyon Rhône 69 - Cabinet Laurent Cretin
Adresse - Avocat Lyon Rhône 69 - Cabinet Laurent Cretin
Aide juridictionnelle - Avocat Lyon Rhône 69 - Cabinet Laurent Cretin
Protection juridique - Avocat Lyon Rhône 69 - Cabinet Laurent Cretin
Tarifs - Avocat honoraires Lyon Rhône 69 - Cabinet Laurent Cretin
Payer en ligne - Avocat Lyon Rhône 69 - Cabinet Laurent Cretin
Fiches pratiques-droit de la famille - Avocat droit de la famille Lyon Rhône 69 - Cabinet Laurent Cretin
Fiches pratiques-droit du travail - Avocat droit du travail Lyon Rhône 69 - Cabinet Laurent Cretin
Fiches pratiques-droit pénal - Avocat droit pénal Lyon Rhône 69 - Cabinet Laurent Cretin
Fiches pratiques-droit des mineurs - Avocat droit des mineurs Lyon Rhône 69 - Cabinet Laurent Cretin
Fiches pratiques-divers - Avocat Lyon Rhône 69 - Cabinet Laurent Cretin
Liens Utiles - Avocat Lyon Rhône 69 - Cabinet Laurent Cretin
Contacter - Avocat Lyon Rhône 69 - Cabinet Laurent Cretin

Cabinet

Laurent Cretin


 

Le PACS  est un contrat conclu par deux personnes physiques majeures, de sexe différent ou de même sexe, pour organiser leur vie commune. Il est régi par les articles 515-1 et  suivants code civil.


A peine de nullité, il ne peut y avoir de pacte civil de solidarité :

-Entre ascendant et descendant en ligne directe, entre alliés en ligne directe et entre collatéraux jusqu'au troisième degré inclus ;

-Entre deux personnes dont l'une au moins est mariée;

-Entre deux personnes dont l'une au moins est déjà liée par un pacte civil de solidarité.


Les personnes qui concluent un pacte civil de solidarité en font la déclaration conjointe au greffe du Tribunal d'instance dans le ressort duquel elles fixent leur résidence commune.

A peine d'irrecevabilité, elles produisent au greffier la convention passée entre elles par acte authentique ou par acte sous seing privé.

Le greffier enregistre la déclaration et fait procéder aux formalités de publicité.

Il est fait mention, en marge de l'acte de naissance de chaque partenaire, de la déclaration de pacte civil de solidarité, avec indication de l'identité de l'autre partenaire.


Les partenaires liés par un pacte civil de solidarité s'engagent à une vie commune, ainsi qu'à une aide matérielle et une assistance réciproques. Si les partenaires n'en disposent autrement, l'aide matérielle est proportionnelle à leurs facultés respectives.

Les partenaires sont tenus solidairement à l'égard des tiers des dettes contractées par l'un d'eux pour les besoins de la vie courante. Toutefois, cette solidarité n'a pas lieu pour les dépenses manifestement excessives.


Sauf s’ils en ont décidé autrement dans leur convention, chacun des partenaires conserve l'administration, la jouissance et la libre disposition de ses biens personnels. Chacun d'eux reste seul tenu des dettes personnelles nées avant ou pendant le pacte, hors le cas des dettes contractées pour les besoins de la vie courante

Chacun des partenaires peut prouver par tous les moyens, tant à l'égard de son partenaire que des tiers, qu'il a la propriété exclusive d'un bien. Les biens sur lesquels aucun des partenaires ne peut justifier d'une propriété exclusive sont réputés leur appartenir indivisément, à chacun pour moitié.

Le partenaire qui détient individuellement un bien meuble est réputé, à l'égard des tiers de bonne foi, avoir le pouvoir de faire seul sur ce bien tout acte d'administration, de jouissance ou de disposition.


Les partenaires peuvent, dans la convention initiale ou dans une convention modificative, choisir de soumettre au régime de l'indivision les biens qu'ils acquièrent, ensemble ou séparément, à compter de l'enregistrement de ces conventions. Ces biens sont alors réputés indivis par moitié, sans recours de l'un des partenaires contre l'autre au titre d'une contribution inégale.

Toutefois, certains biens mentionnés à l’article  515-5-2 du code civil demeurent la propriété exclusive de chaque partenaire.


Le pacte civil de solidarité se dissout par la mort de l'un des partenaires ou par le mariage des partenaires ou de l'un d'eux. En ce cas, la dissolution prend effet à la date de l'événement.

Le greffier du Tribunal d'instance du lieu d'enregistrement du pacte civil de solidarité, informé du mariage ou du décès par l'officier de l'état civil compétent, enregistre la dissolution et fait procéder aux formalités de publicité.


Le pacte civil de solidarité se dissout également par déclaration conjointe des partenaires ou décision unilatérale de l'un d'eux.

Les partenaires qui décident de mettre fin d'un commun accord au pacte civil de solidarité remettent ou adressent au greffe du tribunal d'instance du lieu de son enregistrement une déclaration conjointe à cette fin.

Le partenaire qui décide de mettre fin au pacte civil de solidarité le fait signifier à l'autre. Une copie de cette signification est remise ou adressée au greffe du Tribunal d'instance du lieu de son enregistrement.

Le greffier enregistre la dissolution et fait procéder aux formalités de publicité.


La dissolution du pacte civil de solidarité prend effet, dans les rapports entre les partenaires, à la date de son enregistrement au greffe.

Elle est opposable aux tiers à partir du jour où les formalités de publicité ont été accomplies.


Les partenaires procèdent eux-mêmes à la liquidation des droits et obligations résultant pour eux du pacte civil de solidarité. A défaut d'accord, le juge statue sur les conséquences patrimoniales de la rupture, sans préjudice de la réparation du dommage éventuellement subi.



  

Avocat au Barreau de Lyon


 

Plan du site   -   Mentions légales

Le Pacte Civil de Solidarité-PACS